Un pont entre l’Égypte et l’Arabie Saoudite

La Croix (avec l’AFP) a rapporté le 09/04/2016 que l’Égypte et l’Arabie saoudite se sont mis d’accord pour construire un pont entre l’Égypte et l’Arabie saoudite, sur la mer Rouge reliant les deux pays, un projet extravagant qui vient une nouvelle fois illustrer le soutien apporté par Riyad au régime du président Abdel Fattah Al Sissi. Peu de précisions ont cependant été données sur l’accord signé entre le président Al Sissi et le roi Salmane.

Le projet a été dévoilé la semaine dernière par le roi Salmane d’Arabie saoudite, au deuxième jour de sa visite au Caire, peu avant la signature de plusieurs accords et mémorandums d’accords pour une valeur totale de plusieurs centaines de millions de dollars. Riyad compte parmi les principaux soutiens du président Sissi et, depuis que l’ex-chef de l’armée a destitué en 2013 son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi, l’Arabie saoudite a apporté des milliards de dollars en aide pour une économie égyptienne en lambeaux.

« Je me suis mis d’accord avec mon frère, son excellence le président (Sissi) pour la construction d’un pont entre nos deux pays », a indiqué le roi d’Arabie lors d’une conférence de presse. Sa visite au Caire était la première depuis son intronisation début 2015. « Cette décision historique, qui va relier les continents africain et asiatique, est un saut qualitatif qui va augmenter les échanges commerciaux entre les deux continents à des niveaux sans précédent », a souligné le monarque.

Planned Bridge

Le président égyptien a ensuite proposé que le pont porte le nom du roi Salmane ben Abdel Aziz. Peu auparavant, il avait remis au monarque la plus haute décoration conférée par l’État égyptien, l’ordre du Nil. Aucun détail n’a cependant été donné sur l’emplacement exact du pont ni la date à laquelle devrait débuter sa construction. Un tel projet avait déjà été évoqué par le passé, notamment sous l’ex-président Hosni Moubarak, renversé en 2011 par une révolte populaire.

Des milliers de touristes saoudiens se rendent chaque année en Égypte, tandis que des milliers d’Égyptiens effectuent chaque année le pèlerinage à La Mecque. Le riche royaume pétrolier accueille par ailleurs des centaines de milliers de travailleurs égyptiens.

Les deux chefs d’État ont ensuite assisté à la signature de 17 accords et mémorandums d’accords. Parmi les projets annoncés, figurent la construction d’une centrale électrique à l’ouest du Caire d’une valeur de 100 millions de dollars (88 millions d’euros), ainsi que la construction de « neuf complexes résidentiels » dans la péninsule du Sinaï pour un coût total de 120 millions de dollars (105 millions d’euros), selon un communiqué gouvernemental. Les deux parties ont également signé un accord de 250 millions de dollars (219 millions d’euros) pour la création d’une « université Salmane Ben Abdel Aziz », dans la ville d’Al-Tur, dans le sud du Sinaï.

Mercredi, un responsable du gouvernement égyptien avait indiqué que les deux pays signeraient au cours de cette visite des accords d’une valeur totale de 1,7 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros). Dans la soirée, le monarque a rencontré le cheikh Ahmed Al Tayyeb, grand imam d’Al-Azhar, prestigieuse institution de l’islam sunnite. Ils ont discuté« des moyens de renforcer la coopération et la coordination pour propager un (islam) modéré et la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme », selon un communiqué de l’institution.

Pour l’Arabie saoudite sunnite, l’Égypte reste un allié stratégique, au moment où Riyad connaît de graves tensions avec l’Iran chiite, en rapport notamment avec les conflits en Syrie et au Yémen. L’Égypte avait annoncé en mars 2015 que son aviation et sa marine participaient à la coalition arabe menée par les Saoudiens contre les rebelles chiites au Yémen, et s’était engagée à mettre des troupes à disposition pour une intervention au sol si nécessaire. La presse égyptienne a cependant évoqué ces derniers mois des tensions avec Riyad, notamment en raison de la réticence égyptienne à s’engager activement dans la coalition.

« La nature privilégiée des relations égypto-saoudiennes (…) nous permettra de faire face ensemble aux défis communs et de lutter contre quiconque essaie de porter atteinte à la sécurité arabe », a tenu à souligner Abdel Fattah Al Sissi vendredi, soulignant les liens « de fraternité et de solidarité » entre les deux pays.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s